SYNDROME D’IMPACTION

L’articulation de votre épaule bouge de manière limitée ou vous fait mal ? Vous souffrez peut-être du syndrome d’impaction.

L’articulation de l’épaule est l’énarthrose (articulation mobile) la plus mobile du corps humain, mais cela présente aussi un inconvénient : l’épaule est sujette aux blessures et à l’usure. Dans le cas du syndrome d’impaction, plusieurs facteurs provoquent le resserrement douloureux de ce qu’on appelle le tendon du supra-épineux entre la tête de l’humérus et l’acromion. Cela touche surtout les personnes qui travaillent beaucoup les bras levés. Enfiler une veste ou se coucher sur l’épaule touchée peut s’avérer douloureux. Les sursollicitations, les altérations des tissus dues à l’usure, la calcification et les inflammations peuvent entraîner le syndrome d’impaction. Toutes ces causes ont en commun un défaut musculaire, c’est-à-dire un déséquilibre au niveau du système musculo-fascial. La bonne nouvelle : vous pouvez agir vous-même pour rétablir l’équilibre et pour que vos douleurs disparaissent.

Qu’est-ce que le syndrome d’impaction ?

Le terme impaction est synonyme de choc. Outre l’impaction de l’épaule, il existe aussi l’impaction de la hanche. La coiffe des rotateurs est un groupe de muscles et de tendons qui fixent votre humérus à la glène de votre omoplate. Ils stabilisent l’épaule et permettent à votre bras de tourner vers l’intérieur et l’extérieur. Dans le cas du syndrome d’impaction, l’espace sous l’acromion est resserré. La bourse séreuse et le tendon supra-épineux sont coincés entre l’acromion et l’humérus.

Quels sont les symptômes du syndrome d’impaction ?

Dans le cas du syndrome d’impaction, l’épaule est limitée dans ses mouvements. Vous le remarquez surtout lorsque vous levez votre bras sur le côté entre 60 et 120 degrés. La nuit, la douleur peut être plus forte lorsque vous vous couchez sur le côté concerné. L’espace sous l’acromion se resserre et le moindre mouvement du quotidien devient un supplice :

  • Douleurs pour lever ou écarter le bras
  • Douleurs pour faire des mouvements de rotation du bras
  • Douleurs qui irradient dans le haut du bras ou la nuque
  • Douleurs lorsque vous êtes allongé(e) sur l’épaule touchée
  • Handicap au niveau de l’articulation de l’épaule
  • Sensation de faiblesse dans le bras
  • Sons inhabituels dans l’épaule lorsque vous soulevez votre bras.

En faisant le test de l’arc douloureux, vous pouvez découvrir rapidement et facilement si vous souffrez d’un syndrome d’impaction : mettez-vous debout bien droit(e) et relâchez vos bras le long de votre corps. Levez le bras du côté de l’épaule touchée de manière latérale, paume de main tournée vers le bas. Si vous avez le syndrome d’impaction, les douleurs apparaissent lorsque l’angle est entre 60 et 120 degrés. Cela peut être un premier autodiagnostic.

En général, les douleurs du syndrome d’impaction restent sur une période prolongée et ne sont pas dangereuses. En cas de douleurs plus fortes, de perte de mobilité plus importante, de rougeurs et de gonflement soudains, nous vous recommandons de consulter un médecin. Il peut établir un tableau clinique en bonne et due forme et vous orienter vers un traitement ciblé.

Quelles sont les causes du syndrome d’impaction ?

Le syndrome d’impaction correspond souvent à l’apparition d’une usure. Cela concerne principalement les personnes qui travaillent beaucoup les bras levés. Certains sports favorisent aussi ces problèmes. Les personnes suivantes sont les plus touchées par le syndrome d’impaction :

  • Peintres
  • Mécaniciens
  • Nageurs
  • Joueurs de tennis
  • Culturistes et haltérophiles
  • Joueurs de volley-ball
  • Joueurs de badminton
  • Joueurs de handball

Vous vous demandez quel sport pratiquer si vous souffrez du syndrome d’impaction ? Essayez de ne pas pratiquer les activités mentionnées ci-dessus jusqu’à ce que vous n’ayez plus de douleur.

Les causes anatomiques du syndrome d’impaction sont complexes. L’ostéoporose, les bursites, les tendinites et les facteurs congénitaux peuvent favoriser le syndrome d’impaction tout comme l’accumulation de petits fragments de calcium. Dans tous les cas, on observe un resserrement entre l’humérus et l’acromion. Celui-ci est souvent causé par une traction forte du deltoïde latéral, que les autres muscles de l’épaule, trop faibles, ne parviennent pas à équilibrer. Le resserrement provoque le coincement du tendon supra-épineux. Parfois, la pression entraîne l’irritation et l’inflammation des bourses séreuses – et cela fait mal.

Dr Torsten Pfitzer, thérapeute holistique spécialisé dans le traitement de la douleur et coach santé :

« Le fonctionnement fluide de l’articulation de l’épaule nécessite la coordination extrêmement complexe des structures participantes, telles que les muscles, les fascias, les tendons et les ligaments. En cas de surstimulation, celles-ci peuvent rapidement s’altérer et provoquer des douleurs. Agir suffisamment tôt, notamment en faisant des exercices adaptés pour les muscles et les fascias, permet de reprendre le contrôle sur le syndrome d’impaction. »

Ce qui peut aider en cas de syndrome d’impaction à l’épaule :

Le traitement du syndrome d’impaction dépend fortement de l’étendue de celui-ci. De manière générale, plus le traitement commence tôt, plus la douleur disparaît rapidement sans avoir recours à la chirurgie. Dans quel cas faut-il opérer ? La plupart du temps, le syndrome d’impaction à l’épaule ne nécessite pas d’opération. Selon son étendue, il peut être utile de freiner l’inflammation dans un premier temps. Vous pourrez ensuite commencer un autre traitement. Pour que la thérapie du syndrome d’impaction soit réussie, vous devez intégrer les mesures suivantes dans votre quotidien :

  • Techniques myofasciales
    Grâce aux exercices de SMT (Self Myofascial Treatment), vous pouvez soulager les contractures et les adhérences dans le tissu fascial. Ils peuvent libérer la tension dans l’épaule – et les douleurs disparaissent. Pour cela, les produits pour les fascias de BLACKROLL® sont parfaits.
  • Mobilisation de la ceinture thoracique
    Une fois le tissu décontracté, vous pouvez passer aux exercices de mobilisation ; L’objectif est de créer de l’espace entre la tête de l’humérus et l’acromion.
  • Stimulation
    L’intervention kinésithérapeutique consiste à renforcer les muscles autour de l’épaule. Une stimulation ciblée des bonnes parties de la coiffe des rotateurs peut diminuer le resserrement sous l’acromion.

N’attendez pas d’en arriver là et prévenez l’apparition d’un syndrome d’impaction !

En prévention du syndrome d’impaction, réduisez les mouvements stéréotypés les bras levés au quotidien et évitez de dormir sur le côté sur la même épaule avec le bras tendu vers le haut sous la tête. Vous présentez un risque élevé de souffrir du syndrome d’impaction en raison de votre métier ou du sport que vous pratiquez ? Alors, prévenez l’apparition de douleurs désagréables en faisant les exercices suivants.

>> Vers les exercices pour le syndrome d’impaction

Cela pourrait aussi vous intéresser :