ÉPINE CALCANÉENNE

La douleur est constamment sur vos talons ? Vous souffrez peut-être d’une épine calcanéenne.

Lorsque vous vous appuyez sur vos pieds, vous avez l’impression de marcher sur une punaise. » Voici comment les personnes souffrant d’une épine calcanéenne décrivent les symptômes. Le matin, vous avez généralement mal lorsque vous vous levez et, au cours de la journée, la douleur au talon s’estompe. En effet, en bougeant, les tissus musculo-fasciaux de votre plante du pied et de votre mollet se détendent. Si vous ne bougez pas tout de suite activement, vos douleurs au talon qui disparaissent au départ peuvent se transformer en épine calcanéenne. Des douleurs lancinantes au talon vous accompagnent continuellement et vous limitent dans votre quotidien.

Qu’est-ce qu’une épine calcanéenne ?

Une épine calcanéenne est une excroissance osseuse semblable à une épine pouvant se former au niveau du calcanéum (l’os du talon). Cela vient généralement d’une irritation du fascia plantaire – la membrane tendineuse au niveau de la plante du pied. C’est pour cela qu’on l’appelle aussi la fasciite plantaire. Le surmenage du tendon d’Achille favorise la formation d’une telle excroissance osseuse qui, dans ce cas-ci, apparaît sur le haut du calcanéum. La sursollicitation durable tire sur le périoste et l’on voit apparaître des callosités et des calcifications osseuses – ce que l’on appelle une épine calcanéenne. La plupart du temps, une épine calcanéenne n’est pas visible à l’œil nu, mais seulement par radiographie.

Il existe deux sortes d’épines calcanéennes :

  • L’épine calcanéenne inférieure (épine calcanéenne plantaire) : il s’agit d’une excroissance osseuse sur la face inférieure du talon. L’épine calcanéenne inférieure se forme lorsque le fascia plantaire est surmené.

Radiographie d’une épine calcanéenne inférieure

  • L’épine calcanéenne postérieure (épine calcanéenne crânienne) : il s’agit d’une excroissance osseuse qui se forme à la base du calcanéum, au niveau du tendon d’Achille. La douleur apparaît sous le talon. L’épine calcanéenne postérieure survient lorsque le tendon d’Achille est surmené.

Radiographie d’une épine calcanéenne postérieure

Quels sont les symptômes d’une épine calcanéenne ?

  • Vous avez des douleurs au talon lancinantes pendant l’effort.
  • Vous avez des douleurs matinales « à froid » que vous ressentez surtout lors des premiers pas quand vous vous levez.
  • Les douleurs au talon irradient du pied jusqu’au bas de la jambe.
  • La réaction inflammatoire provoque un gonflement de l’épine calcanéenne et vous avez une sensation de chaleur dans le talon. 
  • Une petite éminence peut être visible ou palpable au niveau du talon. 
  • L’épine calcanéenne passe souvent inaperçue, car elle ne provoque aucun symptôme.

Avant, la plupart des épines calcanéennes étaient opérées, ce qui améliorait rarement la douleur sur le long terme. La bonne nouvelle : une opération n’est nécessaire que dans de rares cas. En revanche, vous pouvez apaiser votre épine calcanéenne grâce aux conseils ci-dessous.

Quelles sont les causes d’une épine calcanéenne ?

Les mauvaises postures et les sursollicitations en position debout, lors de la marche ou lors de la course sont les principales causes d’une épine calcanéenne.

  • Épine calcanéenne causée par une inflammation du fascia plantaire ou plus rarement du tendon d’Achille :
    si vous surmenez les tendons de vos pieds sur une période prolongée en restant longtemps debout ou en faisant longtemps du sport, des tensions non physiologiques peuvent apparaître. Il est aussi possible que de petites déchirures ou inflammations apparaissent au niveau du talon. Votre corps réagit en s’adaptant à cette mauvaise posture. Du calcium s’accumule à la base des tendons touchés par cette tension accrue. Le corps essaie ainsi de rendre le calcanéum résistant et de rétablir les rapports de tension naturels. Mais l’excroissance osseuse n’est pas responsable de la douleur. Celle-ci vient de la tension accrue au niveau du périoste et au stade avancé, d’une inflammation chronique au niveau d’un fascia plantaire. Plus rarement, la douleur au talon est déclenchée par une augmentation des tensions et par une inflammation du tendon d’Achille.
  • Épine calcanéenne causée par un manque de mobilité au niveau de l’articulation sacro-iliaque :
    l’articulation sacro-iliaque relie le sacrum à l’ilion, c’est-à-dire la partie postérieure du bassin à la colonne vertébrale. Maintenant, vous vous demandez peut-être comment une réduction de mobilité au niveau du bassin peut provoquer des problèmes au niveau du talon. C’est très simple : La mobilité réduite et souvent unilatérale de l’articulation sacro-iliaque pousse le bassin à se décaler. Les changements de tension le long de la chaîne myofasciale postérieure entraînent une différence de longueur au niveau des jambes. Conséquence : le poids se répartit de manière inégale sur vos pieds. Sur le côté le plus sollicité, les muscles du mollet et du pied sont surtendus. Le talon prend une position qui n’est pas naturelle où le fascia plantaire est surtendu et cela provoque son inflammation

Dr Torsten Pfitzer, thérapeute holistique spécialisé dans le traitement de la douleur et coach santé :

« Généralement, l’homme est conçu pour être un coureur de fond. Malheureusement aujourd’hui, nous n’accordons pas à nos pieds suffisamment d’occasions de se dépenser. En portant des chaussures rigides et en restant longtemps assis au quotidien, nous ne stimulons pas suffisamment les muscles et les fascias de notre voûte plantaire. Dans cet état d’atrophie, nous leur en demandons souvent trop en faisant du sport ou en restant longtemps debout. Ce surmenage est le début des douleurs au talon et de la formation d’épines calcanéennes. »

Que faire en cas d’épine calcanéenne ?

Certaines choses peuvent aider en cas d’épine calcanéenne et de douleur au talon. L’important est de rétablir les rapports de tension naturels du tissu conjonctif et de renforcer les muscles de vos pieds.

  • Soulagement : 
    Dans un premier temps, il s’agit de ménager la zone touchée. Évitez les mouvements qui sollicitent fortement vos pieds (rester debout longtemps, faire de la course à pied, courir, sauter). Dans l’idéal, commencez par faire une pause avec le sport.
  • Thérapie par le chaud ou le froid :
    Le froid vous aide à apaiser les douleurs liées aux inflammations. Le chaud vous aide à décontracter les muscles et fascias trop tendus. Essayez simplement de voir ce qui vous fait du bien.
  • Mobilité : 
    Il est prouvé qu’un automassage du fascia plantaire et des muscles du mollet aide à améliorer la mobilité et à diminuer les tensions musculaires. Pour réaliser un massage des fascias de la plante du pied, veillez aux points suivants : roulez le plus près possible de l’épine calcanéenne. Exercez une faible pression au niveau de la zone douloureuse. Enfin, mobilisez l’articulation sacro-iliaque.
  • Étirement des muscles du pied et du mollet :
    Les exercices de stimulation en position étirée vous aident à allonger les muscles raccourcis de votre pied et de votre mollet. Cela favorise la reformation du tissu conjonctif.
  • Des chaussures confortables :
    Si vous êtes sujet(te) aux épines calcanéennes, il convient de porter des chaussures confortables ou, de manière temporaire, des semelles ou coussinets de gel pour soulager la zone de l’épine calcanéenne. En fonction de la désaxation de votre pied, l’orthopédiste peut vous recommander une semelle. Il ne faut pas l’utiliser comme solution durable, car elle vous ancre souvent dans la désaxation. Il est préférable et plus durable de réguler les rapports de tension avec des exercices.

En cas de fortes douleurs qui persistent malgré les exercices, nous vous recommandons de consulter un médecin. Il peut vous prescrire des médicaments, des pommades, un traitement par ondes de choc ou une radiothérapie. Cependant, gardez bien en tête que vous ne pourrez vous débarrasser des douleurs sur le long terme qu’en changeant votre mode de vie et en décontractant vos tissus musculo-fasciaux.

Voici comment éviter une épine calcanéenne :

  • Choisissez des chaussures adéquates et changez de chaussures de course le plus souvent possible. Les chaussures usées et les chaussures à forte cambrure (différence de hauteur élevée entre le talon et l’avant du pied) favorisent l’apparition d’épines calcanéennes.
  • Veillez à ne pas courir sur des sols trop durs.
  • Contrôlez votre poids : en cas de surpoids, la pression sur le talon est souvent trop forte.
  • Marchez pieds nus : essayez tout doucement de marcher pieds nus. Le poids se répartit ainsi non pas sur la chaîne ostéoarticulaire, mais sur la chaîne musculo-fasciale. C’est surtout possible en été lorsque vous pouvez marcher dehors sur différents sols. La pelouse, la mousse et le sable sont particulièrement bien adaptés.
  • Mobilisez et stimulez régulièrement les muscles au niveau de vos pieds.

>> Vers les exercices pour l’épine calcanéenne


Cela pourrait aussi vous intéresser :