DOULEURS AU MOLLET

Les douleurs au mollet, vous connaissez ?

Peut-être avez-vous parfois, voire souvent, des douleurs au mollet après le jogging ? Peut-être souffrez-vous de tensions, de contractures ou de crampes dans les mollets dans d’autres situations ? Nous vous expliquons quelles peuvent être les causes des douleurs au mollet et comment les gérer.

Que sont les douleurs au mollet ?

Les douleurs au mollet viennent le plus souvent des muscles du mollet qui se trouvent entre le talon et l’articulation du genou. Ces muscles sont au nombre de trois : le gastrocnémien, le soléaire et le plantaire. La plupart du temps, ces douleurs apparaissent à la suite d’une sursollicitation, sont de courte durée et peu inquiétantes. Avec des exercices ciblés, vous pouvez très probablement les soulager.

Le problème devient sérieux quand les douleurs au mollet sont déclenchées par des problèmes de circulation ou des irritations des nerfs. Ces deux déclencheurs sont aussi présents dans le cas du syndrome des loges. Ces cas sont rares, mais il est alors fortement recommandé de consulter un médecin pour éviter des complications à long terme.

Quels sont les symptômes fréquents des douleurs au mollet ?

Les causes des douleurs au mollet peuvent être très différentes, les symptômes sont donc aussi multiples. Ils peuvent survenir seuls ou associés à d’autres :

  • douleurs dans le mollet (au repos, pendant ou après un effort physique ou la nuit) ;
  • réduction de la mobilité au niveau de l’articulation de la cheville ;
  • baisse, voire perte, de force en étirant le pied ;
  • engourdissement ou picotements le long du bas de la jambe.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Même si, la plupart du temps, les douleurs au mollet disparaissent d’elles-mêmes et ne sont pas inquiétantes, vous devriez absolument consulter un médecin dans les cas suivants. En effet, il faut parfois suivre rapidement le bon traitement pour éviter des problèmes de santé sur le long terme.

  • Fortes douleurs soudaines, non explicables ;
  • Douleurs persistantes ou récurrentes.

Quelles sont les causes des douleurs au mollet ?

Nous vous expliquons comment différencier les multiples causes des douleurs au mollet. En cas de doute, contactez un médecin, qui pourra poser un diagnostic précis.

1) Les muscles

Après des ’activités sportives telles que le jogging ou le football, de nombreuses personnes ont tendance à souffrir de crampes dues à une sursollicitation. Un ou plusieurs muscles du mollet se contractent alors involontairement. Cela peut être très douloureux et s’accompagner d’une contracture du mollet. Même lorsque la crampe disparaît rapidement, le mollet peut rester dur et tendu pendant plusieurs jours.

Les claquages et les déchirures musculaires sont d’autres causes musculaires fréquentes de douleurs au mollet. La plupart du temps, elles surviennent à la suite d’une pression puissante du pied dans la partie interne du gastrocnémien, par exemple en faisant un sprint ou en sautant. Le plus souvent, la douleur est décrite comme aiguë avec une sensation de déchirure. En cas de déchirure musculaire, elle est plus marquée. À cela s’ajoutent une forte réduction de la mobilité et une baisse considérable de la force. Une grande déchirure musculaire s’accompagne par ailleurs d’un gonflement et d’un hématome.

Un coup direct sur le mollet (en sport par exemple lors d’une frappe de balle puissante ou d’un choc avec l’adversaire), entraîne plutôt une contusion. Vous ressentez alors également une douleur aiguë qui, comparée à la déchirure musculaire, s’accompagne plus souvent d’un gonflement et d’un hématome.

2) Les tendons

Les douleurs au mollet peuvent aussi ne pas être liées aux muscles du mollet, par exemple dans le cas d’une sursollicitation aiguë ou chronique du tendon d’Achille ou d’une rupture du tendon d’Achille. Le plus souvent, la sursollicitation du tendon d’Achille se traduit par une douleur lancinante sur la zone touchée, accompagnée d’une sensation de brûlure le long des muscles du mollet. Par ailleurs, vous ressentez une tension du mollet. Ces symptômes apparaissent progressivement et en augmentant. En cause : un processus inflammatoire et une altération structurelle dégénérative du tendon. En revanche, une rupture du tendon d’Achille survient soudainement. Elle s’accompagne d’une douleur aiguë. Certains décrivent aussi un bruit de claquement. Il est alors difficile, voire impossible, de se tenir sur la jambe touchée et de tendre la pointe du pied.

3) La circulation sanguine

Autres causes des douleurs au mollet : la phlébite, ou thrombose veineuse profonde, et l’occlusion artérielle périphérique, toutes deux accompagnées de problèmes de circulation.

Dans le cas de la phlébite, un thrombus (caillot de sang) se forme dans une veine du bas de la jambe. Au moindre doute, consultez un médecin, car le thrombus peut se détacher et se fixer dans les poumons, par exemple. Symptômes typiques : rougeurs et gonflement, sensation de chaleur et douleur accrue dans le mollet même au repos et la nuit. Cela peut s’accompagner de crampes au mollet. Le risque de phlébite augmente avec l’âge, le surpoids, chez les fumeurs et chez les personnes faisant peu d’activité physique. La grossesse et les opérations antérieures peuvent aussi favoriser une phlébite.

Dans le cas d’une occlusion artérielle périphérique, les artères du bas de la jambe sont peu irriguées. Le plus souvent, cela est causé par une artériosclérose. Elle provoque des douleurs dans le pied et le mollet, voire jusque dans la hanche, principalement lorsque l’on marche. Dans les cas avancés, vous souffrez dès que vous faites quelques pas. Ces douleurs peuvent aussi s’accompagner de crampes. Elles disparaissent à nouveau quand vous arrêtez de bouger.

4) Les nerfs

Un nerf coincé peut irriter les nerfs du mollet ou autour de celui-ci. Conséquences : engourdissement, picotements et/ou douleur aiguë. Par ailleurs, cela peut aller jusqu’à affaiblir les muscles ou entraîner un handicap fonctionnel au quotidien.

5) Le syndrome des loges

Une autre cause des douleurs au mollet peut être le syndrome des loges. Un gonflement important ou un hématome augmentent la pression dans les tissus, ce qui peut comprimer les vaisseaux sanguins et les nerfs dans le bas de la jambe. Une irritation des nerfs se traduit surtout par un engourdissement et des picotements. Lorsque les vaisseaux sanguins sont touchés, vous ressentez principalement des douleurs à l’effort. Si cet état se prolonge, cela peut provoquer des dégâts permanents.

Ce qui peut vous aider en cas de douleurs au mollet :

Vous pouvez apaiser ou faire disparaître vous-même la plupart des douleurs au mollet d’origine musculaire grâce à des exercices ciblés. Même lorsque votre tendon d’Achille est sursollicité, les exercices sont souvent utiles. En cas de rupture du tendon d’Achille, de problèmes de circulation ou d’irritation d’un nerf, un traitement médical est toutefois de mise.

Nous vous montrons les exercices les plus importants qui soulagent les tensions dans les fascias et les muscles du mollet, améliorent la mobilité, et stimulent et renforcent les muscles souvent affectés en cas de douleurs dans le mollet et le pied.

L’approche BLACKROLL ® comprend :

  • un automassage myofascial ;
  • le soulagement des points de tension profonds ;
  • des étirements et des exercices de mobilisation ;
  • des exercices de stimulation et de renforcement.

> Vers les exercices pour les douleurs au mollet :

Voici comme éviter les douleurs au mollet :

En prévention, faites les exercices pour les douleurs au mollet : les exercices qui aident en cas de douleurs au mollet aident aussi naturellement à les éviter. Suivez le programme d’exercices, par exemple après un jogging.

Buvez suffisamment d’eau : la déshydratation favorise les crampes.

Faites attention à apport en sels minéraux : prenez suffisamment de sodium, de potassium et de magnésium. Ces sels minéraux sont notamment responsables des échanges de liquides ainsi que du fonctionnement des muscles et des nerfs.

Augmentez l’intensité en fonction de votre niveau d’entraînement : les personnes ambitieuses, en particulier, ont tendance à trop solliciter leur corps à l’entraînement. Lorsque vous vous surentraînez, même les meilleures mesures de régénération ne sont d’aucune aide. Alors, augmentez l’intensité progressivement et orientez-vous par rapport à votre niveau d’entraînement. Et n’oubliez pas de faire des pauses !

Choisissez les bonnes chaussures : si vous vous déplacez beaucoup à pied, il est utile de porter des semelles bien amortissantes. En été, profitez de pouvoir marcher pieds nus.

> Vers les exercices pour les douleurs au mollet

Ces sujets pourraient aussi vous intéresser :